Récit

J’écris pour vous

À Alep, le 9 décembre 2016, 

Dans les textes qui suivent, je continue de prêter ma voix à la tragédie des Syriens. J’en ai écrit d’autres encore, que j’aimerais pouvoir rassembler un jour sous le titre : Loin de la guerre. J’avais cet espoir de pouvoir bientôt écrire d’autres choses, mais hélas il faut continuer à témoigner de la guerre, quand bien même cette écriture est si douloureuse pour moi. 

Portrait. Tout au début de la guerre, j’ai cessé de lire des romans ou des poésies portant sur ce thème. Pour moi, la guerre était une terrible réalité quotidienne. Les fantaisies d’écrivains sur les guerres d’autres pays ne m’apportaient rien. Pourtant, après cinq années, je me suis senti peu à peu attiré par ces livres. C’est du moins ce que je me suis dit en regardant la pile qui trônait sur ma table. 

[Pour lire la suite de l'article, vous pouvez vous inscrire ci-dessous ou vous abonner]

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Au commencement Choses lues 2
C'était Alep
Cet article est tiré du numéro C'était Alep
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE