« On pollue notre intestin comme on pollue la planète »

Votre discipline a considérablement évolué depuis une ou deux décennies. Découvre-t-on vraiment un continent nouveau ? 

Oui, parce que la recherche sur les microbes (le microbiote intestinal) a été très longtemps limitée par nos instruments d’analyse. La biologie moléculaire nous a permis de faire un saut. Les générations précédentes savaient que les microbes jouaient un rôle important. Mais on étudiait seulement ceux que l’on était capable de cultiver. Or, on ne sait cultiver que 20 % d’entre eux. On a donc découvert l’immense diversité de ce microbiote. Le boom de cette révolution a eu lieu dans les années 1980-1990. Nous avons brusquement été capables de caractériser les différents microbes. Nous avons pris conscience de leur importance, de leur rôle essentiel dans nos organismes. 

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Le génie de l'intestin
Cet article est tiré du numéro Le génie de l'intestin
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE