Les maux de ventre, c’est pas dans la tête

Les personnes qui souffrent d’un syndrome de l’intestin irritable ou d’une maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI) me le confient souvent : elles se sentent incomprises de leur entourage, voire honteuses. Pour une raison simple : ce n’est pas « glamour » de parler de ses troubles intestinaux. Comme me le disait Éliane, une patiente d’une cinquantaine d’années : « Parler d’une gastro qui dure des années, ce n’est rigolo pour personne… » Et lorsqu’une personne se plaint de « mal digérer », commence à choisir ses aliments, l’entourage a parfois tendance à la considérer comme quelqu’un qui « s’écoute un peu trop » ou pense qu’elle est « entrée dans la mode bobo », parce qu’elle ne mange plus de gluten ou de caséine de lait de vache. Même chose pour la fatigue, l’un des symptômes cardinaux de ces maladies : l’entourage, excédé car impuissant, tentera un « tu es tout le temps fatigué, bouge-toi un peu ! », ce qui ne fera qu’aggraver le sentiment d’incompréhension. 

 

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Le génie de l'intestin
Cet article est tiré du numéro Le génie de l'intestin
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE