Article

Le pouvoir des (bons) mots

Dans un univers volontiers réputé pour sa dureté, l’humour est paradoxalement une dimension essentielle de l’art de gouverner. De Clemenceau à Macron, en passant par de Gaulle, Mitterrand, Chirac ou François Hollande, la capacité à distiller traits d’esprit, bons mots et autres saillies drolatiques a toujours fait partie de la panoplie indispensable du dirigeant politique. Rire des autres – souvent – ou de soi – plus rarement – est considéré comme un signe de vitalité, voire un instrument politique moins anodin qu’il n’y paraît. 

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement]

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Faut-il rire de tout ?
Cet article est tiré du numéro Faut-il rire de tout ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE