Dans un livre majeur de la littérature persanophone, intitulé Le Mémorial des saints, écrit au XIIIe siècle par le grand poète Farid-ud-Din ‘Attâr, il y a un petit conte. Une histoire de sage. Elle raconte qu’un jour, un jeune disciple demande à son maître : « Qu’est-ce qu’une parole de sage ? » Le maître lui répond : « Un sage a un tel pouvoir de parole que lorsqu’il ordonne à la montagne de bouger, elle bouge. » À l’instant même, la montagne au pied de laquelle le maître s’est retiré commence à s’ébranler. Le maître la gronde : « Je ne t’ai pas demandé à toi de bouger ! J’ai juste donné un exemple. »

Ce conte relate, bien sûr, ce beau rêve de l’homme, qui le hante depuis la nuit des temps : créer, changer, bouger, détruire, reconstruire le monde avec les mots ! Rien qu’avec les mots ! Qui n’a pas rêvé de dire « Que la lumière soit 

Vous avez aimé ? Partagez-le !