Chose...

Il y avait urgence

Chose vécue par...

Nous étions à deux doigts d’intervenir et nous ne sommes pas intervenus. Paris et Washington se préparaient à frapper. Croiseurs, destroyers et porte-avions faisaient route en direction de Lattaquieh. Les états-majors occidentaux sélectionnaient leurs cibles. Ce serait chirurgical, comme dans un film. Zéro risque, effet maximal. Bachar al-Assad comprendrait le signal. C’était hier, c’était il y a mille ans. Les porte-avions ont fait demi-tour. 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Comment Al-Assad a gagné sa guerre
Cet article est tiré du numéro Comment Al-Assad a gagné sa guerre
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE