s’abonner

Article

Le derme, l’épiderme et le chirurgien

La peau, le docteur Romain Bosc peut en parler pendant des heures : « Cet organe est le plus lourd du corps humain, il est effroyablement complexe. C’est aussi l’interface entre le monde intérieur et le monde extérieur. » Chaque être humain porte sur lui entre trois et cinq kilos de derme et d’épiderme. C’est le seul organe du corps qui s’étire de manière extraordinaire et peut reprendre forme, notamment grâce à l’élastine. On peut aussi travailler la peau pour la rétracter, la gonfler, la lisser. Même si on peine encore à la fabriquer intégralement, la remplacer ou encore la greffer sur une tierce personne sans traitements lourds. Médecin spécialisé en chirurgie plastique, esthétique et reconstructrice à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil, Romain Bosc manie aussi bien le bistouri lors de premières mondiales en chirurgie que pour les traditionnels liftings, ou « opérations de vieillesse ». Il est impensable pour lui de dissocier les deux démarches : « Si ces opérations ne soignent pas le même type de défaut, la reconstruction du corps ne se conçoit pas sans la dimension esthétique. »

[Profitez des offres d'été pour vous abonner au 1]

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
La voix du poète Peau
Le ciné-club de Robert Solé [Enveloppe]Robert Solé
Entre les pages La TacheJulien Bisson
Le génie de la peau
Cet article est tiré du numéro Le génie de la peau
Cette année, offrez des idées !

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE