Comment mieux les recruter ?

Notre pays fait-il l’expérience d’une crise du recrutement de ses enseignants ? Contrairement à l’Allemagne, la Belgique ou la Norvège, confrontées à une pénurie globale de professeurs qualifiés, la France doit faire face en particulier à deux sortes de carences : les problèmes de sous-effectif concernent en effet davantage certaines disciplines (mathématiques, lettres modernes et anglais notamment), mais aussi certaines académies (Créteil, Amiens, etc.). Chaque année, 30 000 contractuels sont embauchés pour pourvoir des postes vacants. Non titulaires, ils sont de plus en plus nombreux à s’engager d’une année scolaire à l’autre, sans garantie pour la rentrée suivante. Le nombre de titulaires a quant à lui largement décru (- 11,9 % entre 2005 et 2013).

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Comment sauver les profs
Cet article est tiré du numéro Comment sauver les profs
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE