Article

Polluants en tous genres

Notre air est composé à 99 % d’oxygène et d’azote, mais aussi de polluants d’origine naturelle ou humaine. Pour l’OMS, la pollution de l’air est « la contamination de l’environnement intérieur ou extérieur par un agent chimique, physique ou biologique qui modifie les caractéristiques naturelles de l’atmosphère ». Mais de quoi est-elle exactement constituée ? « De tout ! » explique Sébastien Vray, cofondateur de l’association Respire, avant de rappeler qu’il faut considérer l’air comme de l’eau : « Dans l’eau on peut tout mettre. Et si nous buvons 2 litres d’eau par jour, nous respirons 15 000 litres d’air par jour... »

Il existe deux grands types de polluants : les matières solides et les matières gazeuses. Sur le site de l’OMS sont détaillés les polluants les plus fréquents : les matières particulaires, le monoxyde de carbone, l’ozone, le dioxyde d’azote et le dioxyde de soufre... 

 

Les matières particulaires (MP)

Elles sont considérées aujourd’hui comme les plus nocives pour la santé. Ces résidus majoritairement issus de combustions incomplètes peuvent accrocher d’autres polluants, et notamment les polluants chimiques (perturbateurs endocriniens, métaux lourds, pesticides, etc.) que l’on retrouve dans l’atmosphère. (...)

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
La voix du poète TalismanLouis Chevaillier
Dernières nouvelles de l'air
Cet article est tiré du numéro Dernières nouvelles de l'air
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE