Pourquoi le travail des historiens sur cette guerre est-il si difficile ?

L’histoire de cette période a longtemps été marginalisée, voire éludée dans les départements d’histoire des universités algériennes, contrairement aux résistances du XIXe siècle ou à la période ottomane. Ceux qui s’y attèlent se contentent souvent du récit national dans lequel prévalent l’événementiel et la geste héroïque des faits d’armes. Des travaux de recherche aussi importants que ceux de Mahfoud Kaddache ou Mohammed Harbi sont ignorés, au profit de travaux de seconde main où les considérations générales et les présupposés idéologiques ne laissent aucune place à l’histoire critique. Bien entendu, l’accès aux archives pose problème. D’abord en Algérie, les archives du FL

Vous avez aimé ? Partagez-le !