J’ai lu avec beaucoup d’intérêt le rapport de Benjamin Stora, tout comme nombre de commentaires qui ont suivi d’un côté comme de l’autre de la Méditerranée. J’aurais aimé lire en même temps le rapport et les préconisations du directeur des archives nationales algériennes, Abdelmadjid Chikhi, qui a été chargé d’un travail parallèle sur la question mémorielle*. Malheureusement, à ce jour, je ne vois que des réactions et aucune « action ». Le rapport Stora, quoi qu’on en dise ou quoi qu’on en pense, est une « première ». Il ouvre la voie à un possible travail en commun sur des « faits » d’histoire qui touchent et concernent directement ou indirectement des dizaines de millions de pers

Vous avez aimé ? Partagez-le !