1429-1431 : l’épopée sans pareille

Exceptionnelle en tout, et pourtant typique de son coin de France, de son milieu villageois aisé, de son époque pieuse et déchirée, telle est Jeanne d’Arc, la Pucelle (du latin puella, « jeune fille ») à la destinée inoubliable. En à peine deux ans, l’adolescente qui n’était rien met en mouvement les hommes, bouscule les puissances, et change le cours de la guerre de Cent Ans. Elle finit sa vie sur le bûcher après un procès manipulé par les Anglais. Son mystère et sa légende lui survivent depuis 587 ans.

Au bord de la Meuse en crue, ce jour de janvier 1429, une paysanne de 17 ans attend dans la cour du château de Vaucouleurs. Dans la France ravagée par une guerre interminable, la petite ville du Barrois est une des rares au nord de la Loire encore fidèles au roi de France. Elle résiste au duc de Bourgogne, allié du roi d’Angleterre, et au duc de Lorraine qui va les rejoindre. De la jeune fille s’approche un écuyer : « Alors c’est toi, la Jeanne de Domremy. Il paraît que tu veux délivrer Orléans, faire sacrer le dauphin Charles à Reims et renvoyer chez eux les Anglais. Rien que ça… Au point où on en est, tu ne crois pas que notre avenir c’est de devenir tous Anglais et que le dauphin soit jeté à la mer ? » Elle répond. Le jeune homme la regarde, puis lui tend la main droite. Elle y met la sienne.

Après trois entrevues, Robert de Baudricourt, sire de Vaucouleurs, finit par donner à la cadette de Jacques d’Arc et Isabelle Romée ce qu’elle demande : une lettre d’introduction et une escorte pour la mener jusqu’au dauphin, à Chinon, à travers le pays tenu par les Bourguignons. Les gens du coin sont persuadés qu’elle est envoyée par Dieu pour sauver le royaume. Ils lui ont même acheté un cheval. Vu l’état de la France, occupée au nord par les Anglais, dépecée à l’est par les Bourguignons, menacée d’invasion au sud si Orléans tombe, que risque-t-on ? La fille est bien faite, pieuse et, quand elle parle, les gens la croient. Ils espèrent. 

Un soir de neige, sept cavaliers sont à la porte de France. Au plus jeune, frêle dans sa veste de soldat, les cheveux coupés comme ses compagnons, le sire de Baudricourt tend une épée. « Va et advienne que pourra. »


[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Le ciné-club de Robert Solé [Visages]Robert Solé
Cet article est tiré du numéro Jeanne d’Arc, une héroïne française
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE