La célèbre dictée de Mérimée

Cette célèbre dictée aurait été écrite par l’écrivain Prosper Mérimée au milieu du XIXe siècle, et présentée en 1857 pour divertir la cour et les invités de l’impératrice Eugénie. À tout seigneur tout honneur, Napoléon III aurait fait 75 fautes, Eugénie 62, Alexandre Dumas fils 24, et le prince de Metternich, ambassadeur d’Autriche, 3 seulement ! 

Le vocabulaire désuet de ce texte, choisi pour ses difficultés orthographiques, le rend aujourd’hui difficilement compréhensible. Cependant, certains pièges de cette dictée correspondent à des erreurs toujours courantes de nos jours. On notera toutefois que les Rectifications de l’orthographe de 1990, qui autorisent quelques simplifications orthographiques, rendent certains pièges caducs. Vous trouverez ci-dessous quelques explications sur les principaux pièges de ce texte, inspirées de celles du Robert Correcteur, logiciel de correction et d’aide à la rédaction qui repère vos erreurs et vous les explique en contexte.

Le texte de la dictée

Pour parler sans ambiguïté...

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Dictée : le retour d'un diktat ?
Cet article est tiré du numéro Dictée : le retour d'un diktat ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE