Reportage

Paroles de décrocheurs

Cédric

À l’école de son village, on l’appelait « Moisi ». Ses camarades aimaient rire du fait qu’il transpirait des mains. « Toute occasion était bonne pour se moquer de moi », raconte timidement Cédric*, d’habitude très bavard. Quinze ans se sont écoulés, mais les souvenirs sont précis. De sa scolarité, le jeune homme se rappelle la peine ressentie le jour où, dans la cour du collège, on l’a obligé à s’asseoir en tailleur autour d’un poteau de telle sorte qu’il ne puisse plus se relever. Il n’a pas oublié non plus les trajets en bus scolaire. Chaque après-midi, à la descente du véhicule, plusieurs élèves le bousculaient et le faisaient rouler dans les champs de blé. « Au printemps, ça me déclenchait des crises d’allergie. Pourtant, ils n’ont jamais voulu arrêter. » Le garçon a vite compris qu’il était inutile d’en parler aux adultes : tous faisaient la sourde oreille. Le jour où des élèves sont venus le « mitrailler au paintball » sur le perron de la maison familiale, c’est son grand frère qui est venu le défendre. « Mes parents ont minimisé le problème, c’était normal pour eux. » Quant aux professeurs et aux CPE, les larmes n’avaient aucun effet sur eux. 

[Pour lire la suite de l'article, vous pouvez vous inscrire ci-dessous ou vous abonner]

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Ailleurs, ça se passe comme ça Évaporation scolaire en ItalieSophie Gherardi
En finir avec l'échec scolaire
Cet article est tiré du numéro En finir avec l'échec scolaire
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE