Grand entretien

« Les primaires sont une question d’image »

Entretien

Quel regard portez-vous sur cette primaire ? Est-ce un succès ? 

Sur l’intention de participer, 7 à 8 % des inscrits sur les listes disent qu’ils iront. Soit entre 3 et 3,5 millions de votants. C’est important. Les bonnes audiences télévisées montrent un intérêt du public. On assiste à un duel entre deux visions, auquel s’ajoute le bénéfice démocratique du débat qui n’est pas confisqué. La preuve, parti de 10 % dans les sondages, Fillon se situe aujourd’hui entre 18 et 20 %. La dynamique du processus est réelle.

Quel crédit peut-on accorder aux sondages ?

Beaucoup de sondages ont été réalisés, sur des échantillons importants. On dispose de nombreuses données. Toutes sont convergentes. Sarkozy n’arrive jamais devant Juppé. Fillon n’est jamais qualifié au deuxième tour. Le nuage de points est assez cohérent dans le temps. Un différentiel est absolu et très net selon qu’on considère ceux qui se disent certains d’aller à la primaire, ou ceux qui, parmi eux, sont proches des Républicains. Si on s’en tient à ces derniers, Sarkozy est devant. Si on ajoute les apports de la gauche, des centristes et du FN, c’est Juppé. 

Sur quoi les électeurs vont-ils finalement se déterminer ? Sur les personnes ou sur leurs programmes ?

L’image des candidats joue beaucoup. Les primaires créent un renforcement sans précédent du mécanisme de la Ve République. Elles intensifient la personnalisation. La France de Juppé n’est pas la France de Sarkozy, mais elles sont incarnées. On voit deux styles, deux parcours qui s’opposent. Dans nos dernières enquêtes, Fillon monte car il a marqué des points pendant les débats. Il sera sans doute le troisième homme. Il est très proche du centre de gravité de la droite française. Pourquoi ne décolle-t-il pas davantage ? À cause de son bilan. Il prône un choc libéral, un thatchérisme à la française, mais il est resté cinq ans avec Sarkozy. Cela instille des doutes sur sa capacité à agir. C’est donc largement une question d’image.

[Pour lire la suite de l'article, vous pouvez vous inscrire ci-dessous ou vous abonner]

 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Le chiffre de Jean Viard Calculs politiquesBruno Cautrès
Primaire :
faites vos jeux !
Cet article est tiré du numéro Primaire : faites vos jeux !
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE