Article

La rue et ses nouveaux visages

Ils « maraudent » depuis vingt-trois ans dans les rues de Paris. Chaque nuit, les cinq cents salariés du Samu social tentent de relever le même défi : trouver un hébergement à ceux qui n’en ont pas. Face au nombre croissant de sans-abri et à la diversification progressive des profils, ce dispositif de service public créé en 1993 a été contraint d’adapter ses missions. Depuis deux mois, il coordonne les maraudes sur l’ensemble de la capitale. 

En désignant un coordinateur unique pour la ville, l’objectif est d’éviter que les associations ne se marchent dessus. Le président Éric Pliez soutient cette vision plus globale qui permet d’assurer une couverture sociale plus régulière des grands exclus. « Il a fallu du temps pour que les associations fassent confiance au Samu social », explique celui qui est aussi le directeur de l’association Aurore. Groupement d’intérêt public, le Samu social répond à la mission que lui assignent l’État et la Ville de Paris. 

[Pour lire la suite de l'article, vous pouvez vous inscrire ci-dessous ou vous abonner]

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Le chiffre de Jean Viard Elles sont en tête…Jean Viard
Salauds de pauvres !
Cet article est tiré du numéro Salauds de pauvres !
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE