L’évasion me procure un incroyable bien-être, mais ça ne veut pas dire que c’est quelque chose de facile, de serein. Cette quête d’aventure et de liberté fait partie de ma vie depuis plus de vingt ans. J’ai toujours eu besoin de voyager, aussi bien de manière intellectuelle, en me racontant des histoires et en inventant des mondes, que très concrètement, en prenant la mer.

Je crois qu’évasion et compétition sont compatibles, car on s’évade aussi en se dépassant, en allant chercher loin dans nos ressources enfouies. Au cœur des tempêtes ou quand je me dépasse pour essayer de gagner une course, je retrouve ces instincts de survie. Lorsqu’on est en mer en solitaire, qu’on n’a pas dormi pendant plusieurs jours, qu’on doit être à l’affût de chaque mouvement du bateau, de chaque bruit différent, tous nos sens sont décuplés. Pour moi, c’est cela aussi s’évader : sortir du cocon protecteur qu’on s’est créé dans nos sociétés et retrouver des sensations qu’on a

Vous avez aimé ? Partagez-le !