L’instinct de liberté réside dans le geste de toujours pouvoir partir, aller ailleurs. L’évasion se situe pour moi d’abord dans le mouvement, ensuite dans l’imaginaire. J’ai éprouvé des sensations de voyage quasi aussi mystiques et intenses dans des salles de cinéma ou en lisant des livres que dans des trains ou des avions. J’ai aussi beaucoup écouté de chansons, lu des poèmes en prose ou en vers. Ce qui est fort dans la poésie, c’est l’espace entre les lignes et les mots, un espace qu’on ne trouve nulle part ailleurs dans ce monde si contraint.

Vous avez aimé ? Partagez-le !