Ô des Muses la plus faconde,
Ma Calliope, conte-moi
L’influx des Astres, et pourquoi 
Tant de fortunes sont au monde.
      Discourant mille fois
      Ensemble par les bois,
      Émerveillés nous sommes
      Des flambeaux de la nuit,
      Et du change qui suit
 

Vous avez aimé ? Partagez-le !