Dimanche 25 mars, à 2 heures du matin, il sera 3 heures. Ce qui signifie, mécaniquement, que nous perdrons une heure de sommeil ce week-end – de quoi refroidir davantage encore nos organismes, qui sortent de l’hiver souvent exsangues : manque de lumière, températures en berne, maladies diverses contribuent à un sentiment de fatigue qui ne semble pas vouloir disparaître. Sans oublier le décalage horaire permanent que la France subit depuis 1940 : cette année-là, les horloges du pays furent avancées d’une heure, afin de les accorder avec celles de l’occupant allemand. Un h&eac

Vous avez aimé ? Partagez-le !