Contrepied

Formes de l’invisibilité

C’était en 1987, à Bombay. Dans l’hôtel très local où je résidais, j’assistai un jour, ébahi, au traitement des immondices dans la cour intérieure. Quatre hommes passèrent la journée entière à faire, en bavardant, le tri des déchets : les plastiques, le fer-blanc, les papiers et tissus, les déchets organiques – il n’y avait pas de verre. Le soir tout était net. C’était la pauvreté et sa débrouille. Des photographes depuis ont fait leur carrière esthétique sur ces enfants des pays pauvres qui fouillent les montagnes d’immondices.

Lors du même séjour, au cours d’une déambulation sur le front de mer, pas loin du quartier d’affaires, je vis une scène qui me hantera jusqu’à ma mort : une femme, âgée mais sans âge, totalement, absolument nue, sous un voile blanc transparent – l’image même du dénuement. Pas de la pauvreté mais du dénuement. Avec rien, sans bagage, pas même une écuelle pour mendier – juste une main recroquevillée sur rien.

 

[Pour lire la suite de l'article, vous pouvez vous inscrire ci-dessous ou vous abonner]

 
[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Le chiffre de Jean Viard Elles sont en tête…Jean Viard
Salauds de pauvres !
Cet article est tiré du numéro Salauds de pauvres !
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE