Récit

Un ludion ? Non, un hybride

Il crève les yeux, en ce prologue plombé aux grandes échéances électorales qui vont courir de l’automne 2016 au printemps 2017, que le malaise dans la civilisation française atteint des sommets. Les corps sont encombrés, les radars déréglés. Un jour à Venise vous guérit d’une semaine à Paris. L’ex-président Sarkozy, candidat pour la troisième fois à une élection présidentielle, égrène tel un sâdhu désossé ses mantras sécuritaires. Le président Hollande, à force d’être obligeant avec chacun et aimé de peu de monde, joue au Lego socialiste dans un palais où l’on s’amuse moins qu’au temps de la Pompadour. Mme Le Pen s’ébroue, les mahométans s’agitent. J’emploie ici à dessein le mot « mahométan », il aurait pu venir sous la plume de Molière ou de Voltaire. Un membre du Front national connaît-il la succession des Valois, les motets de Guillaume de Machaut ou la Délie de Maurice Scève, bref, ce qui fait l’identité française ? Pas sûr. C’est pourtant là qu’il faut creuser, du côté des turqueries de Molière et des sultans de Voltaire, et donc du côté de la littérature – notre oxygène et notre archipel.

 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Ce que pense vraiment Macron
Cet article est tiré du numéro Ce que pense vraiment Macron
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE