Article

Persiste et signe

Lors d’une entrevue avec des journalistes des Échos, il y a de cela plus de huit mois, j’avais eu l’audace un peu provocatrice d’accepter comme titre de leur article : « Henry Hermand, l’homme qui veut faire de Macron un président », sans même en informer l’intéressé. Il s’agissait d’un souhait de ma part, si la situation politique s’éclaircissait un jour, permettant d’envisager une telle éventualité.

Les raisons de mon initiative tenaient essentiellement à la dégradation de notre système politique et social. Déjà M. Bartolone était scandalisé par les allusions d’Emmanuel Macron qui osait mettre en doute la pertinence du maintien des 35 heures ou de l’ISF sous sa forme actuelle. Déjà M. Cambadélis rêvait d’un référendum pour que s’impose l’union de toutes les gauches, c’est-à-dire de tout et son contraire. Déjà M. Mélenchon préparait sa campagne présidentielle, persuadé que rien ne pourrait l’arrêter. Déjà Mme Le Pen, à quelques inflexions près, voulait nous débarrasser de l’Euro, source de tous nos maux. Et déjà, ceux qui ne comprennent rien à l’inéluctable mondialisation s’enfermaient dans leurs rêves hexagonaux.

Sur le plan économique, bien peu de changement et guère d’amélioration, malgré des facteurs favorables : baisse du prix du pétrole, taux d’intérêt extrêmement bas… Nonobstant une petite reprise, réelle certes et à cet égard prometteuse, la France figure toujours parmi les mauvais élèves de la classe européenne. Dépense publique de plus de 50 %, endettement qui s’accroît au-delà de 2 100 milliards d’euros, fiscalité des entreprises décourageante pour l’investissement par rapport à celles de nos grands voisins, la Grande-Bretagne et l’Allemagne, sans parler de ces cas extrêmes comme l’Irlande, le paradis des investisseurs.

Sur le plan social, le taux de chômage avoisine toujours les 10 %, soit le double de celui de nos voisins. La précarité et une grande pauvreté frappent toujours des millions de Français.

 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Ce que pense vraiment Macron
Cet article est tiré du numéro Ce que pense vraiment Macron
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE