En octobre dernier, à l’aube d’un confinement qui allait provoquer une nouvelle fermeture des universités, Emmanuel Macron avait eu quelques mots pour la jeunesse et l’épreuve « ­terrible » qu’elle traversait, entre privations et fragilités matérielles : « C’est dur d’avoir 20 ans en 2020 », estimait alors le président. Cinq mois plus tard, la situation ne paraît guère plus riante pour les millions de lycéens, d’étudiants, d’apprentis ou de jeunes

Vous avez aimé ? Partagez-le !