Comme l’avait souligné Tocqueville, la France a la passion de l’égalité. Mais, obsédés par l’idée de limiter la fortune des plus riches, nous prenons le problème par le mauvais bout.

Les différences de fortunes entre les plus aisés et les plus pauvres paraissent aujourd’hui vertigineuses. Cela n’est pas nouveau. À Florence au début du XVe siècle, 0,6 % des citoyens payaient un impôt plus de dix fois supérieur à la moyenne des citoyens redevables – eux-mêmes déjà privilégiés. Au début duXVIIe siècle, la reine Marguerite de Valois, épouse d’Henri IV, percevait un revenu annuel de 200 000 livres. C’était plus de 2 200 fois le r

Vous avez aimé ? Partagez-le !