On est toujours le touriste de quelqu’un. Beaucoup d’entre nous s’y refusent, tant le mot fleure l’inculture et l’amateurisme (« Va donc, espèce de touriste ! »). Pourtant, seuls le temps et l’argent distinguent le touriste du voyageur et de l’explorateur. Payé pour parcourir le monde, ce dernier ne manque ni de l’un ni de l’autre. Son mérite est donc mince. Le voyageur, lui, n’est qu’un touriste qui a les moyens d’aller plus loin, plus haut, plus cher, plus seul.

Le touriste dispose au contraire de peu de temps et souvent de peu d’argent. Et c

Vous avez aimé ? Partagez-le !