Le temps est revenu des manifestations paysannes, des dépôts de fumier devant les préfectures et permanences parlementaires. La colère agricole est manifeste, tout comme elle l’était au début des années 1960, au moment où les jeunes agriculteurs ruaient dans les brancards et réclamaient la parité avec le reste du monde productif français. Ils furent alors écoutés et satisfaits par les célèbres lois Pisani et, surtout, par la mise en place, à partir de 1962, de la politique agricole commune (PAC) : des prix garantis, largement rémunérateurs, sans limites de quantité, et cela pour la plupart des grandes productions agricoles. C’était le temps de la « révolution silencieuse », pour reprendre les termes du syndicaliste agricol

Vous avez aimé ? Partagez-le !