Les générations se succèdent, et avec elles s’estompent les couleurs composant un tableau qui, certes, n’appartenait déjà à aucune « école », mais était reconnaissable au premier coup d’œil. Celui de la Ve République. Pour le dire plus directement, la seule référence qui demeure pour les étudiants d’un amphithéâtre de première année de droit constitutionnel est celle de Charles de Gaulle. Le reste n’est que – très – vagues connaissances, transmissions familiales ou médiatiques, appréhension et compréhension lointaines d’un objet paraissant tout aussi lointain. Le reste n’est plus « culture ». La jeunesse française n’a plus la culture de la République, l’intérêt pour la Cité, le goût de la citoyenneté.

Aucune réforme ne peut être envisagée abstraction faite du plus grand fléau de la démocratie. L’abstention est devenue un enfer dans lequel gisent les espérances de ceux qui croient encore au principe d’un « gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ». Un enfer qui a pris possession d’un peuple qui a pourtant décidé, lors du grand été de 1789, qu’il deviendrait l’unique détenteur de la souveraineté.

L’attente du messie est aussi dangereuse que l’inaction

Les causes de l’abstention sont multifactorielles, mais l’élément humain est régulièrement avancé. L’attente du messie est aussi dangereuse que l’inaction, et la grande force du droit est de pouvoir redonner du souffle politique à travers son ingénierie technique. On ne sera jamais fiers de nos candidats si on ne l’est pas de nos institutions. Celles-ci n’existent que parce que, un jour de 1958, nos aînés ont répondu « oui » (à 82,60 %) à la Constitution de la Ve République en glissant dans l’urne un bulletin plus puissant qu’une balle de fusil, pour reprendre l’image de Lincoln. De problème à rectifier, le désenchantement citoyen devient le premier fléau à combattre. C’est en se souvenant de ces statistiques que le président de la République réélu va devoir refonder sa société.

Les réformes qui vont être entreprises doivent toutes être orientées vers le même objectif : permettre à la Ve

Vous avez aimé ? Partagez-le !