Point de vue

Un rêve de campagne idyllique

Pour bien saisir les liens intimes et singuliers noués par les Anglais avec la nature, il faut se référer au livre The Country and the City de Raymond Williams (1973). L’auteur rappelle que le mot country est un des plus puissants dans l’imaginaire des Anglais, toutes classes sociales confondues. Il renvoie à deux notions : l’idée de la nation, country signifiant pays ; mais aussi country comme part of land, une partie de la campagne. Cette polysémie donne au mot une grande résonance : un sentiment fort d’appartenance nationale. Pour être anglais, il faut aimer la campagne ! 

 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Le mot de... LeftRobert Solé
Les chiffres déchiffrés Colossale CityLoup Wolff
Ils sont fous, ces Anglais
Cet article est tiré du numéro Ils sont fous, ces Anglais
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE