Du côté des émotions

Depuis une vingtaine d’années s’est développé dans les universités un nouveau champ académique, celui dit des « sciences affectives ». Ce domaine de recherche et d’enseignement s’intéresse aux émotions et aux autres phénomènes affectifs comme les préférences, les humeurs, les motivations, le bonheur et le bien-être. 

Dans ce contexte, les émotions dites « négatives », telles que la peur, la colère, la tristesse, le dégoût, le mépris, la culpabilité, la honte ou encore la jalousie, sont particulièrement étudiées. Au contraire, certaines émotions sont dites « positives » car elles sont ressenties comme agréables et souvent activement recherchées – par exemple, la joie, l’amusement, la fierté, l’intérêt et l’émerveillement. 

Un débat existe pour savoir si l’amour peut être considéré stricto sensu comme une émotion spécifique, au même niveau que celles mentionnées ci-dessus, ou si l’amour est une sorte de syndrome émotionnel, caractérisé par le fait qu’il nous dispose à ressentir plus probablement et plus intensément toute une palette d’émotions. En tout cas, il a été proposé que toutes les émotions, si différentes soient-elles, ont un mode de fonctionnement commun. Un consensus se développe autour d’une approche que l’on appelle « componentielle ». Chaque émotion serait ainsi constituée de cinq composantes en interaction : 1) l’évaluation cognitive (par exemple, interpréter une phrase comme un compliment) qui va déclencher une réponse composée de : 2) l’expression motrice (faire un sourire) ; 3) la réponse périphérique (une augmentation de la fréquence cardiaque) ; 4) la tendance à l’action (vouloir s’approcher de la personne qui nous complimente) ; et 5) le ressenti (la joie). L’amour expliquerait l’émergence d’une série de réactions affectives et sous-tendrait l’apparition de nombreuses émotions vis-à-vis de la personne qui est digne d’être aimée, par exemple pour ses qualités personnelles ou pour l’unicité de la relation que l’on partage avec elle. 

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Ce que les sciences savent de nos amours
Cet article est tiré du numéro Ce que les sciences savent de nos amours
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE