Récit

Besoin de féminité

La seule chose que j’ai vue dans ma mère, c’est l’amour. Ça faisait passer tout le reste – comme avec toutes les femmes… J’ai été formé par un regard d’amour d’une femme. J’ai donc aimé les femmes. Pas trop, parce qu’on ne peut pas les aimer assez. C’est une affaire entendue : j’ai cherché la féminité toute ma vie. Et sans ça, il n’y a pas d’homme. Si on appelle ça être marqué par une mère, moi, je veux bien – et j’en redemande. Je le recommande. Je le conseille vivement. Je ne sens même pas que je suis acquitté de ma dette. Les femmes, je n’ai pas su les aimer, je n’ai pas su donner, tout donner, j’étais trop maigre, trop maigre à l’intérieur, mais je leur ai donné le peu qu’il me restait, parce que la littérature prenait beaucoup.

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Repères illustrés Bio expressJochen Gerner
Romain Gary : le visionnaire
Cet article est tiré du numéro Romain Gary : le visionnaire
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE