Le mot de...

[People]

L’automobiliste, immobilisé par des Gilets jaunes, lance avec agacement : « Laissez-moi passer. Qui êtes-vous ? » Réponse : « Nous sommes le peuple. » 

Il existe trente-six définitions et utilisations de ce mot. Ici, c’est l’ensemble des personnes qui n’appartiennent pas aux classes dominantes, celles qui possèdent, savent et s’expriment. Ce peuple-là est en quelque sorte le contraire des « people » qu’on voit et entend à longueur d’année. 

Drôle de mot, né des allers-retours sur la Manche. Les Anglais se sont inspirés de peuple pour fabriquer people qui, chez eux, signifie « les gens ». Et nous l’avons rapatrié en lui donnant le sens de « gens connus dont on parle », alors qu’en Grande-Bretagne on dit celebrities 

Chaque semaine, des millions de Français dévorent la « presse people », qui n’a jamais été aussi florissante. Car la « pipolisation » s’est doublement développée : des responsables politiques ont livré leur vie privée à la curiosité publique (« Carla, c’est du sérieux ») ; et le phénomène s’est démocratisé avec la téléréalité et Internet, des inconnus sortis du « peuple » (Steevy, Loana, Nabilla…) devenant « people » à côté des artistes, sportifs ou intellectuels à la mode. Rien n’interdit à quelques Gilets jaunes, qui auraient pris goût aux micros et aux caméras, d’accéder à ce statut de pipelette.

Le peuple aurait-il absolument besoin des people ? Aucune marque de luxe, aucune grande cause nationale (téléthon, sida ou autre) ne peuvent se passer de leur parrainage. Mais, par les temps qui courent, les gens en vue ont intérêt à faire profil bas. Le peuple des ronds-points ne se bat pas pour le droit des people à disposer d’eux-mêmes. 

[…]
Haut de page

Tous les numéros du 1

Sommaire