Récit

La comédie a assez duré

– Mes chers amis, j’ai coutume de dire qu’un pays comme la France, ça ne se réforme pas. Mais ça peut faire sa révolution, en revanche. Ça, oui. 

Claude disait : sa révolution, comme une mère poule dit de son bébé qu’il va faire son caprice, ou son rototo. 

Cette affirmation, lâchée tout à la fin du dîner-débat dont il était l’invité exceptionnel – on était en train de servir les digestifs –, presque en guise de conclusion, fut accueillie par les vieilles dames et les vieux messieurs qui composaient l’assistance avec une sorte d’incrédulité, mêlée d’un peu de crainte. 

Effet de l’alcool, réaction à l’atmosphère confinée, de plus en plus lourde, de cette salle de restaurant surchauffée ? Au lieu de corriger le tir en revenant à des propos plus conformes à la décence et aux attentes de l’auditoire, Claude éprouva un irrépressible besoin de surenchère :

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Comment écouter le peuple ?
Cet article est tiré du numéro Comment écouter le peuple ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE