Ce que l’inégalité fait à la démocratie

 

Pour chaque membre du Congrès américain, le secteur bancaire rémunère deux à trois lobbyistes chargés de dissuader les élus de réglementer la finance. Apparemment, l’investissement paye : au sortir de la crise financière qui a fait perdre leur emploi et leur maison à des millions de foyers, les bonus distribués par Wall Street représentaient deux fois la masse salariale totale des Américains travaillant à plein temps pour le salaire minimum. 

Ce chiffre saisissant illustre un ressort caché du malaise occidental, le sentiment que les élus ne cherchent plus à améliorer le sort du plus grand nombre. Il est tiré d’une étude présentée fin août devant l’American Political Science Association par Ronald Inglehart et deux de ses collègues de l’université du Michigan : « The Silent Revolution in Reverse : Trump and the Xenophobic Authoritarian Populist Parties » (« La Révolution silencieuse à rebours : Trump et les partis populistes xénophobes et autoritaires »).

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
La finance est-elle (encore) notre ennemie ?
Cet article est tiré du numéro La finance est-elle (encore) notre ennemie ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE