La loi française permet-elle aujourd’hui de lutter contre les fausses nouvelles ? 

L’anglicisme fake news renvoie à l’idée d’informations erronées fabriquées pour tromper de manière intentionnelle leurs destinataires. On peut aussi parler tout simplement de désinformation. Cette notion est présente depuis très longtemps dans la loi française et de multiples manières. Par exemple en matière électorale, où la fausse nouvelle est sanctionnée lorsqu’elle a pour effet de détourner les suffrages (art. L97 du Code électoral). Ou encore en droit des marchés financiers, où celui qui répand une fausse nouvelle pour influer sur un marché boursier peut être sanctionné (manipulation de cours). Il existe enfin depuis plus de cent ans un délit spécifique dans la loi sur la liberté de la presse qui vise la fausse nouvelle qui troublerait la paix publique (art. 27 de la loi du 29 juillet 1881). Même si les fausses nouvelles ne sont pas un phénomène nouveau, cette disposition n’a toutefois presque jamais été utilisée, car seul le procureur de la République peut initier les poursuites, et dans la pratique il ne le fait jamais. On estime en effet que la victime, c’est la société dans son en

Vous avez aimé ? Partagez-le !