Quelle différence faites-vous entre minimalisme et simplicité ?

Le minimalisme est une mode, une tendance, essentiellement d’ordre matériel, qui consiste à avoir le moins d’objets possible chez soi, dans un espace souvent blanc et sans rideaux. Voilà ce que l’on voit dans les magazines qui en vantent les mérites, et ce que beaucoup de minimalistes expliquent dans leurs livres.

La simplicité, elle, est en plus un état d’esprit : c’est aussi choisir d’employer son temps en toute liberté ; c’est dire la vérité, ne pas essayer de se faire valoir, d’impressionner… Si l’on arrive à être en accord avec soi-même, quel que soit notre train de vie, c’est déjà une grande forme de simplicité et d’humilité.

En quoi le minimalisme japonais est-il singulier ?

Il y a certains minimalistes, notamment américains, pour qui ce concept revient à mettre toutes ses affaires dans un dépôt et à n’aller chercher au fur et à mesure que ce dont ils ont vraiment besoin. Ce mouvement s’est aujourd’hui répandu dans tous les pays occidentaux. Mais au Japon, c’est plutôt un minimalisme d’apparence, c’est-à-dire un minimalisme bien plus esthétique que réel. Beaucoup de Japonais se font désormais faire des cuisines très épurées, mais quand on ouvre les placards, on y trouve tous les gadgets habituels. Au Japon, le minimalisme est une tendance très onéreuse ; les riches qui en sont adeptes ont tout ce qu’il faut, mais ils le cachent.

Quelle est l’influence de la religion sur ces réflexions minimalistes ?

Vous avez aimé ? Partagez-le !