À l’évidence, la pandémie de Covid-19 aura renforcé les ressorts du souverainisme plus que tous les discours, et pas seulement ceux des extrémistes, en appelant au sursaut des nations. Depuis l’apparition de ce que Donald Trump désignait comme le « virus chinois », l’antienne du repli sur soi à l’abri de frontières plus ou moins illusoires a pris le pas sur les élans d’ouverture qui agrandissaient sans cesse le lit de la mondialisation depuis le milieu des années 1990. Dépendance vis-à-vis de Pékin – en particulier pour nombr

Vous avez aimé ? Partagez-le !