Chacun, chacune de nous a forcément sa petite idée sur ce qu’elle est, ou n’est pas. « La fraternité, écrivait Régis Debray dans son essai Le Moment Fraternité, paru en 2009, c’est ressentir l’atteinte à la dignité de l’autre comme mienne. Le collectif ne se conduit pas comme une personne. Ce n’est pas une addition de moi qui fait le nous. » Par ces quelques phrases, le philosophe doublé, selon sa propre expression, d’un « candide à sa fenêtre », exprimait ce qui donne sans

Vous avez aimé ? Partagez-le !