Quotidienne

Quelles sont les conséquences de la sécheresse pour l’hydroélectricité ?

Marie Deshayes, journaliste

Températures en hausse et manque de pluie : on a produit moins d’électricité grâce à la force de l’eau cette année. Exemples dans la vallée du Rhône et les Pyrénées. 

Quelles sont les conséquences de la sécheresse pour l’hydroélectricité ?
Dans les Pyrénées, le lac d'Orédon, anormalement bas pour cette période. Photo Shem

Cela ne vous aura pas échappé, le mois d’octobre 2022 a été le plus chaud jamais enregistré. Le précédent record datait de 2001. Ainsi, les températures sont, partout en France, supérieures de 4 à 5 °C aux normales de saison, selon Météo France. Des records mensuels de chaleur ont été battus, comme à Figari, en Corse, avec 32,5 °C le 23 octobre, du jamais vu en octobre depuis l’ouverture de la station en 1979.

Et les conséquences se font ressentir aussi sur le niveau des barrages. Avec, à la clé, moins de production d’électricité. « Au cours des huit premiers mois de l’année, la production hydraulique n’a été que de 33 TWh, en retrait de plus de 10 TWh par rapport aux années précédentes », indique RTE. 

 

Une fonte des neiges précoce

En France, c’est la région Auvergne-Rhône-Alpes qui produit le plus d’hydroélectricité, avec près de la moitié de la puissance installée en France en 2020. La Compagnie nationale du Rhône est concessionnaire du fleuve sur sa portion française, depuis la frontière suisse jusqu’à la mer Méditerranée. « Depuis le début du mois d’avril 2022, nous connaissons, comme l’ensemble du territoire français, une forte sécheresse dans la vallée du Rhône, transmet Romain Jacquet pour la CNR. En mai, habituellement l’un des mois les plus pluvieux de l’année sur le bassin du Rhône, le déficit pluviométrique a été de 61 %. Sur le mois de juillet, il a

07 november 2022