Quotidienne

Festival de Cannes : le programmateur de cinéma, ce « passeur de beauté »

Iman Ahmed, éditrice adjointe de Zadig et Légende

Laurent Laborie, photographe

Emma Flacard, journaliste

Jusqu'au 28 mai, les nuits seront courtes pour les professionnels comme Christophe Duthoit – certains ne dorment pas plus de cinq heures pour découvrir le plus de films possible. Ici, il repère les œuvres qui alimenteront des salles Art et essai du Nord et des Hauts-de-Seine.

Festival de Cannes : le programmateur de cinéma, ce « passeur de beauté »
photo Laurent Laborie pour le 1

Christophe Duthoit est programmateur à Douai (Nord), Clamart et Malakoff (Hauts-de-Seine). Trois cinémas, trois villes, donc trois programmations différentes selon les labels et la vie du territoire.

Il a fait le déplacement jusqu’à Cannes pour regarder les films du festival de 8 h 30 à 23 h. « J’ai parfois l’angoisse de tout oublier. » S’il ne prend pas de notes, ce cinéphile apprend à capturer mentalement une image pour ensuite tirer le fil et reconstituer le film.

Entre deux projections, à chaud, Christophe partage les films qui l’ont touché. Sa sélection raconte la France, mais aussi le cinéma. Alors que les salles continuent d’être boudées, il nous parle de l’industrie, et raconte, en creux, notre société chahutée.

À quoi ressemble votre France ?

J’ai grandi près de Béthune, dans le Pas-de-Calais. J’y ai fait mon collège et mon lycée, et je suis allé à la fac de Lille, avant d’atterrir à Paris. J’ai commencé avec la « dictature » du bac scientifique, j’ai poursuivi avec du droit et j’ai continué mes études en histoire et en auditeur libre en filmologie.

Dans le cadre de mon service militaire, j’ai travaillé à l’ECPAD (Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense) au fort d’Ivry, j’avais 24 ans. C’est l’établissement cinéma et photo des armées, l’endroit où il y a tout le stock et les photos des armées. Il y avait les autochromes Lumières, les archives des reporters de guerre… J’ai aussi travaillé pour le magazine télévisé des armées, « Top défense », ce qui m’a permis de saisir les mécaniques de tourn

24 mai 2022