Quotidienne

En Afrique, la crise alimentaire n’est pas seulement due au conflit en Ukraine

Florian Mattern, journaliste

Wandile Sihlobo, économiste

La guerre qui se déroule actuellement en Ukraine bouleverse l’approvisionnement alimentaire du monde entier. L’économiste sud-africain Wandile Sihlobo décrypte les enjeux de l’insécurité alimentaire en Afrique à l’aune de ce conflit.

En Afrique, la crise alimentaire n’est pas seulement due au conflit en Ukraine

Quel est l’impact de la guerre en Ukraine sur les importations de nourriture des pays d’Afrique ?

La première conséquence de cette guerre sur l’approvisionnement alimentaire en Afrique, c’est l’augmentation du niveau général des prix. Depuis le 24 février, le prix des céréales (blé, orge, maïs) et des huiles (palme et tournesol) a augmenté de façon significative, mais cela n’est pas le seul fait de la guerre en Ukraine. En effet, ces événements coïncident avec un phénomène d’augmentation globale des prix alimentaires, causé entre autres par des épisodes de sécheresse en Amérique du Sud et en Indonésie qui ont durement affecté les récoltes, ainsi que par la demande croissante des marchés chinois et indiens pour ces produits, alors que l’industrie agroalimentaire africaine dépend énormément de l’huile de palme indonésienne et russe. La guerre en Ukraine et ses conséquences viennent donc se greffer sur un ensemble de situations préexistantes qui avait déjà poussé les prix à la hausse. 


Quelles sont les ressources exportées par la Russie et l’Ukraine vers l’Afrique ?

Les exportations russes vers l’Afrique sont limitées à trois sortes de biens : les céréales, l’huile et les engrais. On parle beaucoup du blé russe, mais il

23 mars 2022