Point de vue

La sortie de crise passe par le monde de la pensée

Ce que j’aimerais pour la France ? Je suis un peu pessimiste. La France toute seule, je ne sais pas si ça existe… Je suis à peu près persuadé que non. Ce qui existe, c’est la communication de l’intelligence. Les défis du monde sont à dominante intellectuelle. Et je ne vois pas que notre culture nationale nous aide. Le mot national est un enfermement. Dès qu’une réponse nationale intervient, elle restreint. La référence nationale entrave une activité de la pensée à la taille des enjeux de survie de l’humanité. La sortie de la crise actuelle passe par le monde de la pensée, à condition qu’il ne reste pas ­national, qu’il déborde le quantitatif et le purement rationnel. 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
France, année zéro
Cet article est tiré du numéro France, année zéro
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE