Point de vue

La dette, une longue histoire

Un vieux proverbe persan affirme : « l’or est la monnaie des rois, l’argent celle des marchands, la dette est la monnaie des pauvres »… L’histoire est parsemée d’États en difficulté qui doivent financer les déficits de leurs budgets et, ensuite, gérer les problèmes créés par la dette. Par exemple, Athènes, dirigée par Solon, connaît une crise de la dette en 594 av. J.-C. Dans l’Antiquité, les crises de la dette se terminent toujours, après des batailles épiques entre créanciers et débiteurs, de l’une des deux façons suivantes : soit les riches réussissent à préserver leurs créances et les débiteurs restent dans la pauvreté, réduits en esclavage pour rembourser leurs dettes ; soit, à l’opposé, les mouvements sociaux déclenchés par les débiteurs conduisent les détenteurs du pouvoir politique à procéder à une redistribution des terres et à édicter des garanties contre l’esclavage pour dettes afin de rétablir l’ordre social. Solon décide ainsi d’interdire la mise en esclavage de citoyens athéniens pour cause de dettes et dévalue la drachme de 25 %. Ce législateur, dans son poème Au peuple d’Athènes, affirme par ailleurs très clairement que la dangereuse crise d’endettement qui menace de détruire le pays n’est pas le fait d’une population ayant vécu au-dessus de ses moyens, mais bien la conséquence de la perversité de ses gouvernants. 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Extrait Extrait
La Grèce, la dette et nous
Cet article est tiré du numéro La Grèce, la dette et nous
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE