Les grands partis divisés et pantelants

Si l’on considère les résultats des dernières élections générales au Royaume-Uni, en juin 2017, on est frappé par la stabilité et la résilience du système partisan et parlementaire de Westminster : les deux plus grands partis, conservateurs et travaillistes, ont obtenu ensemble 82 % des suffrages exprimés et détiennent 89 % des sièges à la Chambre des communes. On pourrait donc croire effacées les quarante dernières années, marquées par l’érosion des adhésions aux partis, par le déclin de la participation électorale, par l’émergence de nouveaux partis politiques – SDP et libéraux-démocrates (centristes), UKIP (populiste antieuropéen), Verts, nationalistes écossais et gallois – qui ont obtenu une représentation dans les assemblées aux pouvoirs dévolus et ont parfois imposé des coalitions, y compris à Westminster (en 2010). 

Pourtant, les deux grands partis sont bien des colosses aux pieds d’argile : ils dominent sans partage la scène parlementaire, mais les électeurs répètent, enquête après enquête, qu’ils ne leur font plus confiance. Depuis 2015, l’image de pragmatisme que les observateurs extérieurs ont parfois pu avoir d’eux – et qu’ils ont aussi revendiqué en se présentant comme les défenseurs du common sense pour les conservateurs ou les adeptes d’une « troisième voie » post-idéologique pour les néotravaillistes de Tony Blair – a volé en éclats. Et si le Brexit polarise les oppositions, il obère des mésententes plus profondes.

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
La voix du poète CourageLouis Chevaillier
Brexit : le royaume désuni
Cet article est tiré du numéro Brexit : le royaume désuni
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE