Article

États-Unis : la rage des « perdants »

Au début, il n’y en avait que deux : Blancs, Noirs. Les catégories du recensement américain, reflet du regard fondamental porté par la société sur elle-même, ne connurent durant un siècle pas d’autres identités individuelles. Le premier recensement, réalisé peu avant l’indépendance du pays en 1776, enregistrait seulement des Blancs et des Noirs. Et ces derniers, libres ou esclaves, ne comptaient chacun que pour « trois cinquièmes d’âme ». Quant aux Amérindiens, visiblement dénués d’âme, ils n’étaient pas recensés.

[Découvrez le 1 gratuitement, sans aucun engagement]

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
La voix du poète Ku KluxLouis Chevaillier
Ces Blancs qui se croient supérieurs
Cet article est tiré du numéro Ces Blancs qui se croient supérieurs
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE