Contrepied

Propaganda

La presse n’est pas libre, ne l’a jamais été et ne le sera jamais : elle est subjective, idéologique et de parti pris. Elle défend une ligne qui est le Bien, puis elle attaque tout ce qui n’est pas cette ligne et le transforme en Mal.

Il existe une presse qui abat les cartes et fait savoir qu’elle est militante : par exemple, à gauche, L’Humanité ou Politis, et Rivarol ou Présent à l’extrême droite, la vraie – celle qui a des trémolos dans la voix quand elle parle de Vichy, de Pétain, de l’Algérie française et de l’OAS, celle aussi qui a le verbe haineux quand elle parle des Juifs. Comme dans le missel pour le catholique, on sait qu’en la lisant on se retrouvera chez soi : une nostalgie de Robespierre et de son gouvernement révolutionnaire bien affilé chez les premiers, un regret de Bastien-Thiry et de son projet de tuer l’homme du 18-Juin chez les seconds. Cette presse dit sa vérité, elle prétend toujours qu’il s’agit de la vérité, mais, finalement c’est la vérité de la tribu et rien d’autre. Or une vérité de tribu est une opinion.

[Pour lire la suite de l'article, vous pouvez vous inscrire ci-dessous ou vous abonner]

 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Qui contrôle les médias ?
Cet article est tiré du numéro Qui contrôle les médias ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE