On connaît mieux la magistrature actuelle depuis une étude sociologique sollicitée par la Mission de recherche droit et justice – son rapport final dirigé par Laurent Willemez et Yoann Demoli, « L’âme du corps », a été mis en ligne en juin 2019. Les 8 300 magistrats français, juges et procureurs, sont issus en majorité des classes sociales favorisées : cadres supérieurs et professions libérales. Ce corps présente ainsi les mêmes caractéristiques d’homogénéité socioprofessionnelle que la haute fonction publique. Mais l’existence de voies d’accès ouvertes à d’autres professions est un facteur de démocratisation et les classes préparatoires au concours dites « égalité des chances » sont un levier de diversité. Il faut ajouter la tradition d’ouverture à la société civile : les jurés de cour d’assises, les juges des tribunaux de commerce (3 200 environ) et des conseils de prud’hommes (15 000 environ) sont de véritables juges non professionnels.

Le corps des magistrats proprement dit

Vous avez aimé ? Partagez-le !