Existe-t-il une nostalgie des années Lang ?

Sans aucun doute. Les milieux culturels et artistiques éprouvent une nostalgie pour une période de foisonnement artistique lors de laquelle la culture a été érigée en priorité nationale. Et de nombreux Français qui ont vécu cette période ressentent également une nostalgie à l’égard d’années de tolérance, marquées par un rapport à la diversité des cultures, à la pluralité des arts, qui représentèrent aussi une période d’effervescence, de dynamisme, voire d’enthousiasme pour la culture. Toute une série de combats d’aujourd’hui – l’antiracisme, le refus des discriminations en tous genres, l’exception culturelle – sont nés dans ces années 1980.

Quand Jack Lang est nommé ministre, a-t-il un plan précis de réformes en tête ?

À la différence de la plupart de ceux qui lui ont succédé, il est très préparé lorsqu’il entre rue de Valois. Cela fait près de vingt ans que Jack Lang est un militant de la culture. Il a créé en 1963 le Festival mondial de théâtre de Nancy et a dirigé pendant deux ans le théâtre de Chaillot. Un important réseau d’artistes et de militants gravite autour de lui. Il a une idée très nette du foisonnement culturel qu’il veut favoriser, et il est entouré d’une équipe qui va le suivre au ministère. Contrairement à l’idée répandue selon laquelle il serait un personnage solitaire et dilettante, Jack Lang a toujours su fédérer les énergies et c’est un travailleur acharné.

Quels sont ses premiers actes de ministre ?

Il obtient dès l’automne 1981 le doublement du budget de la Culture, sans atteindre pour autant le 1 % symbolique qu’il réclamait (0,76 % du budget de l’État). Ces mannes vont lui permettre non seulement de mener une politique ambitieuse de soutien à la création dans tous les domaines, dont de nouvelles sphères culturelles – la BD, le rock, le cirque –, mais aussi de financer de nombreuses infrastructures en partenariat avec les collectivités territoriales, sans parler des « Grands Travaux ».

Et le prix unique du livre ?

C’est effectivement une mesure qui intervient dans les premières semaines, mais elle doit beaucoup au lobbying

Vous avez aimé ? Partagez-le !