Le pouvoir politique connaît aujourd’hui une situation paradoxale : il est à la fois tout-puissant et malade du Covid. Omnipotent, il semble assurément l’être devenu depuis un an. L’exécutif gère l’épidémie sans réels contre-pouvoirs et manifeste son emprise absolue sur tous les domaines de la politique publique à travers un « décisionnisme » extrême : planification économique, politique sanitaire, contrôle de l’ordre public et des frontières… Le tout sans devoir tenir compte des contraintes budgétaires. L’argent magique existe, le virus l’a inventé.

Le Covid annonçant la souveraineté retrouvée de la politique, qui l’eût cru ? En tout cas, d’une certaine conception de la politique, car la pandémie enterre également une partie des acquis de la démocratie. Les libertés publiques sont rognées au nom de l’État d’urgence sanitaire

Vous avez aimé ? Partagez-le !