Quotidienne

Anne Berest : « Ces femmes savaient que l’Europe était la condition de la paix »

Marie Deshayes, journaliste

Anne Berest, écrivaine

L'écrivaine, Prix Renaudot des Lycéens 2021 pour son roman La Carte postale, nous livre sa météo intérieure, perturbée par l'actualité ukrainienne. Et nous rappelle le combat mené pour la construction européenne pour protéger les générations futures. 

Anne Berest : « Ces femmes savaient que l’Europe était la condition de la paix »

Quelle est votre météo intérieure ? 

Intempéries. J’ai en moi le souvenir d’un ciel d’été à Odessa. Les images de cette station balnéaire joyeuse, où les familles se retrouvaient pour manger des glaces, les soirs de juillet, dans l’air frais de la promenade. 

Je me suis perdue dans le quartier juif d’Odessa, à la recherche des parfums de la Mitteleuropa. C’était en 2019 [voir photo]. J’étais en train d’écrire mon roman sur la Seconde Guerre mondiale, et j’essayai de comprendre comment l’histoire peut-elle basculer, si vite. Comment ma famille s’est transformée, du jour au lendemain, en proie. Et voilà. Nous y sommes.

Qu’est-ce qui vous a réjoui, dernièrement ? 

11 mars 2022